Harold et Maude

Appelons Maude notre héroïne et Harold notre héros, ceci par analogie avec le célèbre film. Maude , la quarantaine est en instance de divorce et elle est un peu perdue. Durant la semaine le travail l’absorbe mais c’est le dimanche que le changement dans sa vie lui déchire le cœur. Il va vraiment falloir occuper ses dimanches. C’est l’hiver, le temps du ski, nostalgie des années passées. Mais elle n’a pas le courage d’aller seule en voiture sur des routes enneigées et elle ne trouve pas que cela soit si drôle de skier seule.

Cependant, Maude entend parler d’une association qui organise des bus pour emmener les skieurs sur les pistes proches. Maude s’inscrit pour le dimanche suivant. Lors de l’inscription, la secrétaire la regarde d’un air bizarre et lui précise qu’elle va se retrouver au milieu d’une bande d’adolescents au cours des trajets en bus. Maude passe outre. Après tout, ce qui lui importe le plus, c’est d’être emmenée à bon port et non pas la compagnie. Elle sera seule, c’est maintenant son lot.

Mais au petit matin, au point de rendez-vous du bus, elle est un peu moins sûre d’elle quand elle regarde la bande de gamins bruyants qui l’entoure. Elle entre quand même d’un pas ferme dans le bus et prend un siège crânement vers le milieu du bus. Quelle n’est pas sa surprise quand un jeune garçon lui sourit depuis l’entrée du bus et vient s’assoir à côté d’elle. Il débute la conversation en échangeant des banalités sur le temps, le ski, leurs prénoms respectifs : Harold, Maude mais c’est tout;  pas de questions embarrassantes ou personnelles. Le bus démarre. avec sa cargaison d’adolescents prêts à en découdre sur les pistes.

Maude trouve bien étrange le fait qu’ Harold ne parle pas avec les autres jeunes gens qui semblent tous bien se connaître. Le bus passe devant un collège. C’est mon école dit Harold. C’est ma dernière année ajoute-t-il fièrement. Tiens, il est âgé de dix-sept ans se dit Maude, mais elle se garde bien de poser les questions bateau sur sa scolarité et son avenir. Ils parlent de livres, de films; le trajet passe vite. Le bus commence à attaquer les pentes. Pas encore de neige en vue mais une nature bucolique et la beauté du paysage suscite chez Maude une joie qu’elle n’a pas connue depuis de longs mois. Harold semble apprécier aussi. La petite route de montagne traverse maintenant la forêt de sapins enneigés, ceci sous un ciel bleu et un soleil magnifique. Quelle chance! Harold et Maude se sourient. Quelle bonne journée en perspective!

On arrive à la station. Les skis et chaussures sont extirpés des soutes du bus. Maude n’ose pas attendre Harold et se précipite au bas des pistes. Qu’elle n’est pas sa surprise quand elle voit qu’ Harold la rejoint pour prendre le télésiège. Maude n’aime pas les télésièges surtout l’arrivée. On dirait qu’ Harold lit ses pensées et avoue qu’il n’aime pas l’arrivée en télésiège. Quel étonnant gamin ! Maude se dit qu’il la quittera bientôt. Elle n’est pas une foudre des pistes et certainement qu’ Harold sera en bas de cette piste orange qui les attend bien avant qu’elle n’ait eu le temps de planter ses bâtons. Mais non, le gamin la suit et semble même un peu maladroit en effectuant ses virages. La mâtinée se passe à toute vitesse. Vient l’heure du déjeuner, repas tirés du sac où ils partagent dans les rires œufs durs, fromage et oranges.

L’heure du départ de la station arrive. Le retour en bus est silencieux. La fatigue se fait sentir. L’arrivée tardive n’est pas propice à des adieux très expansifs. Un gamin qui s’éloigne avec un sourire, sans même parler d’un autre dimanche au ski.

Maude n’a jamais revu Harold. L’a-t-elle inventé ? Cela lui semble si étrange l’intérêt de ce gamin pour le partage de cette journée avec quelqu’un qui aurait pu être sa mère ! Probablement un don du ciel pour lui montrer qu’elle pouvait encore rire, que tout n’était pas fini pour elle, que la vie pouvait encore lui offrir de la joie pure. Un émissaire du ciel ?

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 28/02/2011, dans sérendipité. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. ce qui ne me regarde pas, mais je le dis : tes histoires sont présentées d’un bloc, et ainsi très difficiles à lire, les yeux s’égarent d’une ligne l’autre sans repère.
    autre chose que veut dire : serendipité ?

    • Pour le bloc, tu as raison. Il va me falloir corriger ça. Pour la définition de la sérendipité, je copie le début de l’article de la wiki : La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l’intelligence1, au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. Pour Robert King Merton, la sérendipité est l’observation surprenante suivie d’une induction correcte 2. Ce concept discuté est utilisé en particulier en recherche scientifique.
      Merci pour tes commentaires Annie.

%d blogueurs aiment cette page :