Rêve prémonitoire

Tulipes

Huile de Denis Webb

Joëlle faisait toujours ce rêve étrange depuis quelque temps. Elle se trouvait assise sur un banc de pierres au milieu d’un massif de tulipes de toutes les couleurs et d’iris bleus. En face un vieux lavoir s’ouvrait devant ses yeux, beaucoup de mousse sur les bords mais une eau limpide au centre. Cette image s’accompagnait en général d’un fort sentiment de paix et d’espoir.

L’espoir, comment pouvait-elle en avoir alors qu’elle n’était pas encore remise, mais le serait-elle jamais, du décès de son bébé nouveau né ? Il y avait bientôt trois ans que cette tragédie, mort subite du nourrisson, avait supprimé toute joie et toute paix dans son cœur. Son époux désirait un autre enfant. Depuis un an qu’ils avait décidé de tenter l’aventure, l’ échec était constant. Les psychologues disaient qu’elle avait trop peur, qu’elle se sentait coupable …

Ce matin là, elle se réveilla après avoir fait le même rêve. C’était le jour de congé de Joëlle et elle s’était levée après le départ de son mari pour le travail. Elle buvait son café lentement. Le journal local traînait sur la table. Elle y jeta nonchalamment un coup d’ œil et, devant-elle, se trouvait la photographie de « son » lavoir. Tout y était, les tulipes, les iris, le bord moussu et le banc de pierres. Le toit avait été refait  et le journal en annonçait l’inauguration prochaine.

Il lui fallait y aller tout de suite. Le ménage, les courses, le jardin, le courrier et les factures à régler attendraient. C’était à une cinquantaine de kilomètres. Son mari ne rentrait pas à midi car il avait un déjeuner d’affaires. Joëlle monta dans sa twingo après s’être rafraîchie sommairement. Quand elle arriva, elle observa la scène et elle n’en croyait pas ses yeux. C’était vraiment exactement comme dans son rêve. D’ailleurs, Joëlle se pinça pour voir si elle était éveillée. Elle s’assit sur le banc de pierres et regarda l’eau claire. Combien de lavandières autrefois pleuraient la mort d’un enfant en battant leur linge ? Certainement beaucoup, se dit-elle. En ces temps là, la mortalité infantile était grande. Les larmes lui montaient aux yeux.

Elle sentit une présence et tourna la tête. Une vieille dame venait de s’asseoir sur le banc à côté d’elle. La vielle dame la regardait avec compassion et bonté. Elle lui dit : « Ton bébé n’a pas voulu rester sur terre ? » Comment cette dame pouvait-elle deviner cela ? Elle ajouta: « Tu dois retrouver la joie de vivre et la paix Observe l’eau du lavoir, tu verras ce qui t’attend ». Comme une somnambule, Joëlle se leva et regarda l’eau. L’image d’une petite fille toute blonde et bouclée d’environ 3 ans lui souriait en lui tendant les bras. Joëlle se retourna. La vieille dame avait disparu. Elle sentait que cette petite fille serait la sienne et qu’elle était sans doute déjà conçue. La joie et l’espoir retrouvés gonfla sa poitrine. Elle n’avait plus peur. Elle se sentait guérie et protégée. La magie revenait dans sa vie.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 02/04/2011, dans sérendipité. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. bien sûr que si Denis y met son point de vue (choisi par chiendent je suppose)
    charmant je te mets en lien

%d blogueurs aiment cette page :