Nos tourterelles

L’an passé en mai, quand nous avons emménagé dans notre nouvelle maison à la campagne, nous avons été enchantés par un couple de tourterelles qui semblaient roucouler pour nous, nous observer sur la pelouse et entretenir des conversations de roucoulements successifs avec Denis. Ce couple chercha tout d’abord à faire un nid en haut du pylône électrique de l’autre côté de la rue. C’était très drôle de les voir apporter le matériel et ne pas pouvoir construire leur nid à cet endroit. Ils n’ont pas renoncé aisément. La place était bonne pour la vue mais impossible pour un nid. Finalement ils ont construit leur nid de l’autre côté de la maison.

Cette année, Denis a décidé de nourrir les oiseaux au printemps, un voisin qui les nourrissait tout l’hiver ayant cessé de le faire. C’ est merveilleux d’observer la multitude et la variété d’oiseaux qui viennent picorer dans la vielle bassine pleine de graines que nous avons posé sur une petite table ronde. Ils picorent quelques graines puis s’envolent à tire d’aile, se perchent sur les fils électriques dans le noisetier ou sur un des arbres voisins puis reviennent aussi vite pour picorer encore et encore.

Au début du printemps, seule une tourterelle venait picorer nos graines. Apparemment, ce n’était pas un des membres du couple de l’an passé. Cette tourterelle était beaucoup plus jeune et encore solitaire. Denis a conclu que c’était l’un des petits de notre couple de l’an passé qui avait peut-être changé de territoire laissant là un des enfants. Pas de preuve mais c’est si bon de s’imaginer !

Donc ce tourtereau commença jour après jour à être moins farouche et à oser s’approcher de nous. Denis commença à entretenir avec lui des discussions très animées, discussions dont les sujets restent pour moi très mystérieux. Un après midi, je suis allée deux maisons plus bas boire un thé et quand je suis sortie pour rentrer, un roucoulement intempestif me fit lever les yeux. Notre tourteau était là perché sur le fil électrique en face de moi. Il avait vraiment l’air de me dire que ce n’était pas correct de laisser Denis seul et de partir si longtemps de la maison. Le tourtereau m’accompagna jusque chez nous, sans doute pour être certain que je revenais bien au logis.

Une ou deux semaines plus tard, il y avait deux tourterelles qui venaient picorer nos graines. Le tourtereau avait donc trouvé une compagne. Nous croyons reconnaître les mâles des femelles à leurs cris, plus rauques pour le mâle et plus mélodieux pour la femelle. Ceci dura une semaine ou deux puis le jeune couple disparut. Continuons d’affabuler en  les imaginant partis en voyage de noce.

Et alors que voyons nous revenir dans les parages et picorer nos graines ? Non pas le couple d’amoureux mais le vieux couple de l’an passé !  Le jeune couple ne venait plus. mais hier quelle ne fut pas notre surprise en voyant le tourtereau perché sur le toit voisin. Aussitôt le vieux mâle s’envola brusquement depuis le haut du noyer en faisant claquer ses ailes puis en les gardant déployées fonce sur le tourtereau en émettant des cris rauques. Le jeune tourtereau s’éloigna à toute vitesse.

Le père chassant son fils de son territoire. « Allez, va-t-en faire ta vie ailleurs, tu n’as plus l’âge de rester chez nous. » L’autorité du père, du plus âgé, du plus puissant, du plus riche, …, nous n’avons guère évolué face à l’animal.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 20/05/2011, dans animaux. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Connais tu cette chanson ?
    Deux tourterelles se lamentaient et pleuraient
    Sous la tonnelle, leur ritournelle me disait :

    Nous étions belles près de la tour
    Mais un jour
    Une demoiselle coupa nos ailes pour toujours
    Mmmh…
    Une demoiselle coupa nos ailes pour toujours

    Bel oiseau sage, tu es en cage pour la vie
    De ton plumage c’en est fini
    Douce amie

    Les demoiselles sont bien souvent des enfants
    Coupant les ailes aux tourterelles, aux amants
    Mmmh…
    Pleurez vos ailes, je pleure ma belle
    Dans le vent

%d blogueurs aiment cette page :