En se rendant à son jardin

Nanou fredonnait en se rendant au jardin qu’elle louait à l’année et qui était situé un peu hors de la ville.
« Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant un vol d’hirondelles
Que l’automne vient d’arriver ? ».
Elle avait décidé d’aller à pied ce jour là car sa vieille clio était en panne. Il fallait passer devant des usines désaffectées qui lui donnaient la chair de poule. mais maintenant elle était le long de la rivière et les kayaks de couleurs variées la remplissait d’aise. « Tiens, il y a encore quelques pâquerettes dans le bas côté » se dit-elle, ceci malgré la froidure de cet automne.

« Il m’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout … » . L’effeuillage de la pâquerette était sans appel : pas du tout. Pourquoi ne voulait-elle pas l’entendre? Pourquoi ne voulait-elle pas le voir? L’avait-il seulement jamais aimée? Elle n’était pas,…plus triste de ce divorce qui la laissait seule avec ses deux petits garçons. Donc pourquoi lui restait-il un peu d’espoir, l’espoir qu’il reviendrait, l’espoir que le démon de midi s’affaiblirait et … non, ce n’était pas pour elle mais pour ces deux enfants qu’elle se faisait du souci et il était trop tard. Le retour du père à la maison n’y ferait rien. Ils avaient connu pour la première fois de leur vie la douleur de l’abandon. Ne se mentait-elle pas à elle même ? Ne projetait-elle pas un peu sa douleur à elle sur ces pauvres enfants ? Nanou devait se rendre à l’évidence, les enfants ont le don du pardon et de l’oubli. C’était-elle qui se faisait du mal et leur faisait du mal en n’arrivant pas à pardonner et à oublier.

Un an déjà … Jardiner, chanter lui faisait du bien. Là il s’agissait plutôt de récolter un potiron et les quelques poireaux qui lui restaient. Elle se remit à fredonner « Pourtant que la montagne est belle … ». Tiens, c’est une idée, je pourrais emmener les enfants pour les vacances de la Toussaint dans les Vosges en séjournant dans le chalet de ma cousine Maude. Peut-être la neige sera-t-elle au rendez-vous. Les enfants seraient fous de joie de pouvoir faire de la luge. Après tout je n’ai pas le droit de me plaindre se dit Nanou. Moi et mes enfants sont en pleine santé. Je suis jeune et les yeux des hommes me disent que je suis belle. J’ai un travail que j’aime et dans lequel je suis appréciée et aimée. J’ai tout plein d’amis sur lesquels je peux compter et l’amitié est peut-être plus précieuse que l’amour. Nanou se mit à esquisser un pas de danse. La joie revenait.

Ce soir elle retrouvait les enfants qui avaient passé la semaine chez leur père. Elle allait faire des crêpes fourrées à la banane et arrosées de chocolat; ce qu’ils adoraient. Une excellente soirée en perspective.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 08/10/2011, dans réflexion. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur En se rendant à son jardin.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :