Innocence et naïveté

Les adolescentes d’autrefois étaient très naïves. Je ne crois pas qu’il en soit encore de même. Voyez donc :

Babette à 20 ans était encore très innocente. La naïveté est souvent confondue soit avec la pureté soit avec la bêtise. A mon avis ce n’est ni l’une ni l’autre. C’est seulement ce qui arrive aux jeunes filles qui n’ont pas l’esprit et la pensée tournée vers les sujets qu’affectionnent les boutonneux en mal (je veux dire en surplus) de testostérone.

Babette s’employait en tant que monitrice de colonie de vacances. Les enfants l’adoraient et elle s’amusait bien avec eux. Il y avait les veillées du soir que les moniteurs et monitrices devaient animer de leurs trouvailles : petits sketches préparés avec les enfants, histoires danses et chants. Les chants mimés avaient beaucoup de succès et Babette avait un grand répertoire qu’elle puisait dans les chansons enfantines.

Imaginez Babette, le cercle des enfants autour d’elles chantant et mimant :

P’tit lapin plein d’poils
P’tit lapin plein d’poils
P’tit lapin plein d’poils partout
Par devant, par derrière,
Par dessus, par dessous,
P’tit lapin plein d’poils partout

On peut continuer avec les canards à plumes … par exemple. Mais les préférés des enfants étaient les animaux à poils. Déjà avec le mime des lapins, le groupe des moniteurs mâles riait dans un coin de la salle. Imaginez quand les enfants proposaient les chien le chat, voire leur femelles ! Babette ne comprenait pas la raison de leur hilarité. Il lui aurait fallu une explication qu’ils n’avaient aucunement l’intention de donner.
Par contre, un soir Babette organisa un petit scénario. Elle demanda à une dizaine d’enfants de se tenir debout en tenant quelques branches d’arbres dans l’intention de représenter une forêt. Les enfants pouvaient choisir un des leurs pour être le furet et l’on devait chanter :

Il court, il court, le furet
Le furet du bois, Mesdames,
Il court, il court, le furet,
Le furet du bois joli.
Il est passé par ici,
Il repassera par là.
Il court, il court, le furet
Le furet du bois, Mesdames,
Il court, il court, le furet,
Le furet du bois joli.

Malheureusement il existe une contrepèterie connue sur cette chanson : échanger le c et le f et voyez. Les garçons ont alors expliqué cela à Babette ce qui ne l’a pas empêchée de procéder à son jeu.

Il semble qu’ à cette époque, c’était la mode de se moquer des jeunes filles, sans doute étaient-elles moins dégourdies que de nos jours. ? Babette avait de la compagnie : France Gall avec les sucettes à l’anis (Pardonnons la malice artistique de Serge Gainsbourg.) et Sœur Sourire et son Dominique, nique, nique. Après tout le rire est le propre de l’homme et tant que la victime de la rigolade n’en souffre pas trop, tout est pour le mieux !

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 15/03/2012, dans divertissement. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. tu viens de m’ouvrir les yeux !!! 😉 je ne verrai plus jamais le petit lapin et le furet de la même façon 😉

    • Je ne sais pas si c’est très utile comme « ouverture » ! Mais on se rappelle de ces « choses » car on n’est quand même un peu humilié bien que l’on continue en pensant que « les garçons » sont idiots !

  2. Juste une remarque pour dire que les boutonneux me semblent plus débordés par la testostérone qu’en manque d’icelle !

    • Merci pour c ette remarque, très juste ! Quand je disais « en mal de tetosteronne », je voulais dire qu’ils souffraient d’en avoir trop ! C’était certes ambigu et mal dit.

%d blogueurs aiment cette page :