L’enfant de la maison mauve

Marie et Mark ont vécu neuf mois dans une adorable maison de style victorien face à l’océan dans le nord ouest des états unis. Toutes les maisons de la rue étaient quasi semblables mais il y en avait une qui se distinguait des autres par sa couleur. Les murs extérieurs étaient peints en mauve. Cette maison jouxtait celle de Marie et Mark. Il leur était facile de renseigner les éventuels visiteurs : pas besoin de retenir le numéro !

Le soir, il suffisait, quand le temps le permettait, de s’installer sur le patio situé en surplomb et d’admirer le coucher de soleil sur l’océan. Se faisant, Marie et Marc dominaient aussi le jardin des voisins de la maison mauve, jardin qui était entourée d’une haie.

Dans ce jardin jouait le soir un petit garçonnet de sept ou huit ans. Un petit garçon de toute beauté qui possédait des veux noirs bouclés, de grands yeux qui lui mangeaient le visage et des cils d’une longueur impressionnante. Il y eut au départ un échange de prénoms. Il s’appelait Théo. À partir de là commença une conversation de quelques minutes avant qu’une voix féminine ne l’appelle, voix à laquelle Théo obéit instantanément. Ce bref échange se poursuivit quasiment tous les soirs au coucher de soleil. Soir après soir, Marie et Mark apprenaient un peu plus sur la famille qui habitait la maison mauve.

La maman, Noémie, était une pianiste renommée selon Théo. Elle avait participé à des concerts avant sa naissance et maintenant jouait seulement pour elle-même, son petit garçon et son papa Énaël. De temps en temps, Marie et Mark en percevaient d’ailleurs quelques notes mélancoliques. Théo n’allait pas à l’école, l’école c’était à la maison avec Maman. La principale raison invoquée surprit Marie et Mark. Il n’allait pas à l’école située à quelques pas parce que les enfants pouvaient se faire enlever en s’y rendant et puis les autres enfants étaient trop bêtes, ils ne cherchaient qu’à se battre et ils parlaient très mal. Je pense que le risque d’enlèvement était moindre que celui de se faire tuer avec une balle perdue ou non mais qu’on lui avait parlé d’enlèvement pour ne pas trop l’effrayer. Tout cela faisait que Théo jouait tout seul et ne fréquentait que les adultes amis des parents et la famille.

Théo fut très content d’apprendre que Marie et Mark n’avaient pas de télévision, cela leur faisait au moins un point commun. Il n’était pas non plus question d’internet qui n’avait pas encore pénétré les foyers. Marie l’avait à son travail mais l’utilisation n’en était que professionnelle.

Cette volonté d’isolement du monde semblait vraiment paradoxale quand on apprenait qu’ Enaël était directeur des télécommunications locales et qu’il s’occupait alors de l’apport de la fibre optique dans la région. Il y avait plus : un projet familial dont Théo était très fier. Un grand chalet en bois en construction dans une des iles au large. On pouvait la voir au large. Ce serait un lieu encore plus isolé, encore plus loin du monde, des crimes et des enlèvements possibles.

Marie et Mark ne surent jamais ce qui motivait ces peurs et cette volonté d’être éloignés de tous et de tout. Ils voisinèrent quelque peu avec Noémie et Énaël. Les cœurs de Marie et Mark allaient vers ce petit garçon si mignon et si intelligent.

Marie depuis s’est demandée ce qui l’attirait tant vers Théo et ses parents. Ils représentaient en quelque sorte un miroir d’elle-même. Il y avait cette originalité, cet atypisme que démontrait la maison mauve. Il y avait la peur sous-jacente du monde soi disant réel. Il y avait ce paradoxe entre les aspects scientifiques et technologiques ainsi que l’enthousiasme développement des communications reflétés par Énaël et les aspects artistiques et intellectuels de Noëmie. Comme Théo, elle avait eu une enfance solitaire et éloignée de la société des autres enfants. Comme Théo, elle avait passé la plupart de son temps à écouter et à observer les adultes. Comme Théo, petite fille, elle jouait seule dans le jardin. Une thérapie pour guérir son enfant intérieur en quelque sorte. Théo était-il vraiment une projection du moi profond de Marie. ? Qui sait ?

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 05/04/2012, dans enfance. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur L’enfant de la maison mauve.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :