La caresse de l’ange

C’était un soir où Léa dans son lit essayait de chasser son angoisse. Une angoisse qui refusait de dire son nom et lui coupait la respiration. Les traitements de son cancer la rendent si faible, si vulnérable. Alors là, allongée sur son lit, elle s’appliquait consciencieusement à contrôler sa respiration. Elle visualisait son corps éliminant toutes les mauvaises cellules. Elle se rendait dans son jardin intérieur au plus profond d’elle-même : un jardin dans lequel s’éclosaient des fleurs de toutes les couleurs, un jardin verdoyant où coulaient des sources d’eau rafraîchissantes et miraculeuses, un jardin qui respirait la santé et qui souriait à la vie. Elle parvenait ainsi à s’endormir en paix lovée dans les bras rassurants de Paul.

Donc ce soir là, Léa recherchait, comme tous les soirs, la paix dans son jardin situé hors du temps et de l’espace quand, soudain, son jardin se remplit d’une sorte de vapeur rose, une vapeur douce et aimante, une vapeur qui pénètra alors tout son corps. Elle ressentit une chaleur qui n’avait rien à voir avec les accès de fièvre qui sont provoqués par le traitement. Aucune confusion n’était possible. Léa se sentit alors aimée au-delà de ce qu’elle pouvait imaginer Cela ne dura qu’un instant mais Léa sut soudain et sans l’ombre d’un doute qu’elle allait guérir. La peur d’une issue fatale s’était enfuie comme par magie et elle ne reviendrait pas. Elle s’endormit avec le sourire tout en se sentant plus forte et pleine de courage pour affronter le reste de cette rude épreuve de la maladie.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 07/06/2012, dans sérendipité. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur La caresse de l’ange.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :