Conte de Noël

Julien et Maude sont jumeaux. Ils sont nés un jour de Noël il y a maintenant bientôt 4 ans. Ils habitent avec Maman chez Grand-maman dans un petit hameau isolé du Morvan. Ils n’ont jamais connu de Papa qui est parti loin bien loin, on ne sait pas trop où et ceci avant leur naissance. Depuis Maman est triste. Elle tente d’être joyeuse et de ne pas montrer sa peine devant eux mais ils sentent bien combien elle souffre.

Ils ont compris depuis longtemps sans doute depuis toujours que les cadeaux de Noël ne venaient pas d’un hypothétique Père Noël mais étaient distribués par Maman et Grand-maman. Ils ont bien réfléchi à ce qu’ils souhaitaient pour Noël. Ces souhaits ne consistent pas en des jouets ou des chocolats. Ils veulent simplement que Maman retrouve le bonheur. On ne peut pas communiquer cela directement à Maman et Grand-mère n’est-ce pas ! Julien et Maude réfléchissent le soir dans leurs petits lits superposés placés dans la chambre de Maman. Il y a dans le hameau une très vieille dame aux cheveux blancs que l’on dit un peu sorcière. Sa vieille maison est située à cinquante mètres de la maison de Grand Maman. Peut-être pourrait-elle leur suggérer une solution. Ils en ont un peu peur et à leur âge, il est difficile d’échapper à la surveillance de Grand-maman qui s’occupe d’eux quand Maman est partie travailler comme caissière au supermarché du village.

Pourtant huit jours avant Noël ils se rendent main dans la main vers la maison délabrée de la vieille. Ils frappent à la porte avec leurs petits poings et la porte s’ouvre. Mais ce n’est pas la vieille dame qu’ils connaissent qui apparaît dans l’encadrement de la porte mais une drôle de créature. Une grosse tête sans cheveux et pourvue de deux yeux immenses. Cette tête ou plutôt ce globe surmonte une espèce de brume bleuâtre. La créature leur sourit et leur dit :
« Entrez Maude et Julien, je suis votre bon génie Féo et je vous attendais. »
Se tenant toujours par la main, Maude et Julien lancent un « Bonjour » timide, pénètrent précautionneusement dans la maison et sur l’invitation de Féo s’assoient sur un vieux banc placé près de la cheminée où brûle un grand feu de bois. Les flammes dansantes rappellent le corps du génie. Il leur manque juste la grosse tête et les grands yeux rieurs. Une assiette contenant trois petits cookies roses se trouvent soudainement sur leur genoux et Féo continue de parler :
« Je sais pourquoi vous êtes venus ici et je vous promets que vos trois souhaits les plus chers symbolisés par ces cookies vont se réaliser. Ne vous laissez pas envahir par des souhaits futiles usuels dans ces temps de Noël mercantilisés. Je vous promet une renaissance vers une vie nouvelle et une vision de monde pleine d’espoir. Je resterai avec vous si vous me faites de la place dans votre cœur et n’éteignez pas votre feu intérieur par la jalousie, l’envie, la colère, l’avidité, le conformisme et la peur.

Maude et Julien ne comprennent pas littéralement le discours de Féo mais ils le comprennent intérieurement. Ils mangent leurs trois cookies et remercient Féo qui les invite à retourner chez eux avant que leur Grand-mère ne s’inquiète de leur absence. Ils reviennent dans la maison sans que Grand-maman n’ait eu vent de leur absence.

Il serait peut-être temps que je vous dise que les souhaits de Maude et Julien ne concernaient pas que leur maman. Ils voulaient un papa, un papa qui les écoute le soir et leur raconte des histoires. Maman et Grand-maman étaient souvent trop fatiguées pour s’occuper vraiment d’eux. Ils auraient aussi voulu avoir un ami, un petit chien sans doute serait le bienvenu mais Grand-maman ne voulait pas de chien car elles disait que ces animaux sèment des poils partout. Ce souhait ne pouvait donc se réaliser que le jour où Maman aurait la possibilité de ne plus habiter chez Grand-maman et de l’argent pour que quelqu’un prenne soin d’eux quand elle travaillait.

La veille de Noël arrive. Il neige à gros flocons et une épaisse couche de neige rend bientôt impraticable la petite route qui conduit au hameau. Maman a mis sa belle robe bleue qui lui va si bien pour leur faire plaisir. Ils s’apprêtent à se mettre à table pour le repas du soir quand on frappe à leur porte. Grand-mère va ouvrir. Un Monsieur, accompagné d’un petit chien bichon tout blanc et tout frisé apparaît dans l’encadrement de la porte. Il se présente et explique :
« Ma voiture vient de tomber en panne juste devant votre porte. Je me suis trompé de route au village en me rendant chez mes parents. Je ne sais pas quoi faire, personne ne va venir me dépanner à cette heure et en cette nuit de Noël. »
Grand-maman connait bien ses parents qui habitent l’autre hameau. Il n’y a plus qu’une chose à faire, l’inviter à passer la soirée et la nuit. On dépliera le canapé de la salle. Maude et Julien sont déjà occupés à câliner le chien qui semble très très heureux d’être avec eux. Le Monsieur a du saumon, du foie gras, du champagne et des chocolats dans la voiture, de quoi agrémenter le repas simple de grand-mère. Durant le repas les enfants remarquent bien que le Monsieur couve des yeux Maman qui est rayonnante. Maude et Julien se regardent : une maman heureuse, un nouveau papa et un chien. Est-ce une promesse de réalisation de leurs souhaits ?

Une fois dans leurs petits lits et la lumière éteinte; une lueur blanchâtre apparait. La grosse tête de Féo est là.
«Voyez les enfants, tout peut arriver. Je vous promets que vos trois souhaits seront réalisés pour Pâques. »
Pour des enfants de l’âge de Maude et Julien, le temps est comme une éternité. Ils ont besoin de réalisation immédiate et ne connaissent pas la patience. Aussi ils semblent un peu déçus. Alors Féo ajoute :
« Je sais il va vous falloir apprendre la patience et la confiance. Surtout en attendant ne dites rien à personne à mon sujet. Je reviendrai toujours quand vous aurez besoin de moi. Ne perdez jamais de vue vos rêves et gardez les pour vous.

PS. Le lendemain la voiture du Monsieur redémarra sans peine. La panne avait-elle été provoquée par Féo ?

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 19/12/2012, dans sérendipité. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Conte de Noël.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :