Les deux pots

Autrefois dans ce village, il fallait aller chercher l’eau bien loin dans le ruisseau. Une vieille dame allait chercher son eau chaque jour dans à deux grands pots de terre qu’elle accrochait aux deux extrémités d’un grand bâton de bois. Elle plaçait le bâton derrière son cou et maintenait l’équilibre tant bien que mal. Le pot qui se trouvait placé à sa droite était légèrement fêlé aussi il perdait de cette eau si précieuse pour la vieille dame tout au long du chemin du retour. Il était arrivait moitié plein seulement dans la masure de la vieille dame.

Le pot fêlé était humilié et triste de ne rapporter que la moitié de son eau. Il se sentait inutile et déprécié. Un jour il osa avouer sa honte à la vieille dame qui lui répondit :

« As-tu vu qu’il y a des fleurs sur ton côté du chemin, et qu’il n’y en a pas de l’autre côté ? J’ai semé des graines de fleurs de ton côté du chemin, et toi chaque jour, lors du retour à la maison, tu les arroses. Je peux grâce à toi obtenir de superbe fleurs pour décorer la maison. »

Comme le pot fêlé nous avons des défauts. Aucun d’entre nous n’est parfait. Nous avons souvent honte de nos imperfections. Nous pouvons nous sentir inutiles quand nous sommes malades, handicapés, au chômage ou en retraite par exemple. Mais nous ne savons pas que nous avons des richesses insoupçonnées qui résultent parfois de nos manques et de nos imperfections. Malheureusement la société et notre entourage ne savent pas mettre les graines nécessaires pour récolter les fruits et les fleurs conséquences de nos imperfections.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 23/01/2013, dans réflexion. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. j’aime beaucoup cette histoire 😉

%d blogueurs aiment cette page :