Illusionisme

On m’a posé la question suivante il y a quelques semaines. Elle ne se traduit pas bien par écrit car il s’agit d’une illusion auditive mais nous allons essayer :
«Vingt cent mille ânes dans un pré et cent vingt dans l’autre. Combien cela fait-il de pattes et d’oreilles ?»
Premièrement c’est idiot car le nombre vingt cent mille n’existe pas . Alors peut- être faut-il entendre Vint cent mille ânes ? Mais non voyons car ce serait alors Vinrent cent mille ânes . Vous avez à peine le temps de vous poser ce genre de questions car on attend votre réponse et on vous a demandé : «combien ?» ce qui vous conduit à penser qu’il vous faut faire un calcul.

Vous vous sentez de nouveau à l’école entrain d’être jugée sur votre aptitude à compter aussi vous ne pensez qu’à une interprétation numérique de ce que votre oreille perçoit ! La perception est source de toutes les illusions que nous avons sur notre environnement. La phrase doit être perçue comme étant « Vincent mit l’âne dans un pré et s’en vint dans l’autre.» La réponse ne nécessite donc pas de calcul, Vincent n’a qu’un âne et donc cela fait 4 pattes et 2 oreilles! On vous a conduit très facilement vers une illusion auditive.

Tout heureux de m’avoir piégée, on me demande comment l’on prononce le mot anglais qui s’épelle N E W . Là je suis contente car ma réponse peut-être immédiate mais à peine vous l’avez formulée que l’on vous demande : « Quelle est la capitale des USA ?» Presque tout le monde dupé par la question précédente et sans réfléchir, moi compris, va répondre New York au lieu de Washington DC. Là on vous a piégé par la vitesse et une fausse association sur le mot new. Vos neurones ne sont pas fiables dans leurs associations hâtives, méfiez-vous !

Quand j’avais à peu près quatre ans mon grand-père m’avait posé la question suivante et je m’en souviens car cela m’a cruellement frappée : « Il y a cinq oiseaux perchés sur un fil. Jean tire avec son fusil et en tue deux. Combien en reste-t-il ? » À cet âge on est très heureux de savoir compter et quand son grand-père vous pose une question vous ne pensez pas à un piège aussi vous vous répondez très fière qu’il en reste deux et vous ne pensez pas que les coups de fusil les ont fait fuir. Votre orgueil vous empêche de prendre du recul et de réfléchir avant de répondre ou de conclure. Prenez garde aux conclusions rapides que nous prenons sans réfléchir à l’ensemble du problème.

Terminons avec celle-ci :
Sur un pommier six branches partent du tronc. Sur chacune de ces 6 branches démarrent 6 branches. Sur chacune de toutes ces branches partent 6 branches. Sur ces branches il y a encore 6 branches. Sur toutes les branches partent toujours 6 branches. Et encore sur toutes ces branches il y a 6 branches. Chacune de ces branches porte 6 poires. Combien y a-t-il de poires sur l’arbre ?
Vous pouvez toujours protester que vous n’avez pas compté le nombre n de fois où vous avez multiplié les branchement de 6 branches sinon vous auriez répondu 6n ! Là dessus on se moque de vous voir étaler votre science mathématique car sur un pommier il ne peut y avoir de poires. Attention aux chiffres, ils sont la plupart du temps piégés et de toute manière ne signifient pas grand chose. « Les chiffres ne mentent pas, mais les menteurs adorent les chiffres », disait Mark Twain.

Les pièges de l’illusion et de notre perception du monde sont partout. Ceux qui veulent être puissants savent très bien les utiliser.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 28/05/2013, dans divertissement. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Illusionisme.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :