Lucy sait, Lucy est

Lucy, 6 ans, pousse son vélo dans la cour. Je dis bien pousse car elle n’aime pas le vélo, elle n’aime pas pédaler. Mais les parents l’ont envoyée jouer avec son vélo alors elle le pousse tout en regardant les roses s’épanouir sur les rosiers grimpants sur la façade de sa maison. Soudain la silhouette de maman s’encadre dans la porte. Elle semble très préoccupée. Maman dit : « Jean-Marc est mort. » Puis sans plus d’explication rentre dans la maison.

Lucy est déconcertée. Jean-Marc, âgé de douze ans, est le fils unique d’amis qui habitent le village voisin. Elle est choquée et ne comprend pas. En principe la mort n’atteint pas les enfants mais les personnes très très vieilles. Lucy médusée rentre son vélo à l’abri dans le grand couloir sous l’escalier.

En passant près de la porte de la cuisine, elle entend papa exposer à maman comment s’est passé le drame. Le garçon, espiègle par nature, avait grimpé tout en haut du gros pylône électrique situé face à sa maison. Ceci dans le but de dénicher des oiseaux. Il s’était électrocuté et était tombé raide mort instantanément.

Lucy n’ose pas bouger. Elle attend que papa soit parti dans le jardin et rentre dans la cuisine en tentant de se faire aussi discrète que possible. Elle regarde songeuse le jardin dehors par la petite fenêtre qui éclaire son coin jouets. Après un certain temps, elle n’y tient plus et se plante debout au milieu de la cuisine pavée de petits carreaux rouges et s’adresse à maman qui est en train de repriser des chaussettes :

« Est-ce que je vais mourir ?»

Maman lève les yeux de son ouvrage et lui répond :
« Tu mourras un jour comme tout le monde mais quand tu seras bien vieille. »

Alors Lucy de dire :
« Non, moi je ne mourrai jamais. »

Et maman de répliquer :
« Malheureusement Lili il n’y a pas d’exception. C’est la loi de la nature. »

Lucy retourne dans son coin. Elle comprend bien que dans la nature les animaux meurent. Ses deux arrières grand-mères sont décédées. Elle a vu que l’on plaçait des gens du village dans le cimetière. Mais tout cela ne la convainc pas. Cela peut apparaître ainsi mais Lucy n’en n’est pas persuadée. Maman comme papa ne savent pas écouter et parler aux oiseaux. Maman ne voit pas les fées danser sous les tilleuls de la place de l’église. Maman comme papa ne savent pas voir trotter les petits génies du jardin. D’ailleurs Lucy a bien compris qu’il ne fallait surtout pas en parler. Elle s’est fait traiter un jour d’affabulatrice et dire que son imagination lui jouait des tours.

Lucy sent au plus profond d’elle même qu’ils se trompent tous. Peut-être que quelque chose d’elle sera enterré un jour mais le Soi de Lucy ne peut pas mourir. Lucy le sait. Lucy est.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 09/10/2013, dans enfance. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. merci pour cette belle chanson de Julos 🙂 Quelle jolie confiance de Lucy

%d blogueurs aiment cette page :