Sexisme

Il y a une trentaine d’années, Betty accepta de remplacer son patron pour effectuer une conférence dans une école d’ingénieurs de renom située dans un charmant pays voisin. Le sujet passionne Betty et elle accepte avec enthousiasme car il s’agit simplement de parler des fondements des recherches en cours dans son groupe.

Imaginez donc Betty en petit tailleur Chanel crème et escarpins à talons rouges sur une estrade face à une trentaine de jeunes loups qui se prennent pour l’avenir industriel de l’informatique.
Soyez aussi certains qu’ils sont un peu déçus de devoir subir une conférence sur un sujet de pointe fait par une minette et non par le grand patron de renom dans le domaine qu’ils attendaient.
Betty se lance dans son exposé par nature abstrait et plutôt mathématique mais elle a de l’enthousiasme qu’elle espère communiquer et elle s’efforce même de rendre le sujet ludique. Elle est écoutée dans un silence religieux, c’est déjà ça ! Il n’y a pas non plus d’interruptions au cours de l’exposé mais cela ne signifie pas que ces messieurs suivent loin de là ! Ils ne baillent pas et font semblant d’écouter et de s’intéresser. Mais on sent toujours quand votre auditoire est avec vous : les yeux, le langage des attitudes, la vibration de l’air parlent. Ils sont ailleurs.

Maintenant Betty a terminé son discours. C’est le moment des questions et des commentaires. Là bien entendu, il n’y en a qu’une seule, celle à laquelle tous les chercheurs doivent se confronter :
« A quoi tout ce que vous venez de nous dire peut-il bien nous servir ? »
L’aspect pratique n’est certes pas ce que Betty envisage dans son travail comme dans sa vie mais Betty a malgré tout une ou deux réponses qui ne semblent pas les remplir d’enthousiasme. Le plus drôle est que ce domaine de recherche trouve maintenant des applications importantes dans la sécurité des protocoles de communication et dans une moindre mesure pour la transformation des URLs (adresses web) pour ne donner que deux exemples. A l’époque il ne s’agissait guère que de faire de la démonstration automatique, de transformer les programmes pour les rendre plus performants ou pour les valider. Cela ne doit guère vous enthousiasmer non plus pauvre lecteur.

Mais nous atteignons la fin de notre billet et le meilleur, sans doute, est pour la fin. Après les réponses de Betty à la question incontournable des applications pratiques, un homme se lève et énonce avec un grand sourire :
« Je n’ai pas de question mais j’ai un commentaire à faire: Vous avez de beaux yeux. »

Betty est médusée. Elle reste sans voix et balbutie comme une idiote :
« Merci Monsieur. »
Cela aurait été sans doute plus approprié de lui rendre la pareille en lui rétorquant :
« Vous aussi. »
Il eût été sans aucun doute beaucoup trop audacieux de dire :
« Voulez vous m’embrasser ? »
Mais Betty manquait d’audace et surtout de présence d’esprit pour cela. Il n’empêche que cet incident l’a marquée. Ces hommes avaient passé toute la conférence à reluquer ses jambes au lieu de l’écouter. Quelle humiliation !

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 16/10/2013, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Sexisme.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :