Miracles ordinaires

Le printemps est un miracle. Les primevères multicolores réparties sur la pelouse sont des miracles de beauté. Les petits bourgeons des feuilles du lilas prêts à s’épanouir sont des miracles. L’éclosion est un miracle. Les prunus aux délicates fleurs roses placés en bordure de rue sont des miracles de renouveau qui remplissent les cœurs de joie. Les miracles sont des affirmations de renaissance. La naissance est un miracle. La nature est un miracle. Les miracles sont naturels. Quand ils ne se produisent pas, quand on ne les remarque pas, quand on cesse de s’émerveiller, c’est la que quelque chose ne va vraiment pas bien dans notre façon de voir les choses, d’appréhender le présent et de vivre.

La plupart des miracles sont des miracles de création : le plaisir de peindre, le plaisir de chanter, le plaisir d’écrire, le plaisir de composer de la musique ou de la poésie. L’art ne peut-être qu’un miracle. La science est un miracle. Les découvertes sont des miracles.

Le jeu est un miracle. Le plaisir de danser, de courir, de nager, de bouger les muscles de son corps, de l’eau qui ruisselle sur la peau. Le rire et la joie sont des miracles.
Et que dire des saveurs des mets quotidiens, des fruits dévorés sur l’arbre, des chants des oiseaux, du parfum de lavande et de la douceur des pétales d’une rose ?

Les sourires sont des miracles. La tendresse est un miracle. Les caresses sont des miracles. Les rencontres entre les êtres sont des miracles. L’amour est un miracle. La vie est un miracle de chaque instant. La guérison est un miracle. Tout éveil, tout lever du soleil, chaque jour qui nous est donné de vivre est un miracle.

Les miracles font partie de notre quotidien et nous ne les remarquons pas. Des miracles extraordinaires peuvent se produire à chaque instant de notre vie quand notre perception du monde change, quand notre attitude est ouverte aux merveilles du monde réel, quand nous laissons tomber la colère engendrée par toutes les frustrations engendrées par ce faux monde du virtuel, par ce faux monde du profit, par ce faux monde du toujours plus, par ce faux monde qui ne sait qu’engendrer des guerres, par par ce faux monde de la peur que la culpabilité engendre. La juste perception de la réalité est le plus grand des miracles et permet l’apparition de tout miracle.

Ce monde est coloré de nos fausses perceptions. Les miracles surviennent quand l’esprit s’ouvre à eux. Le miracle est un état d’esprit.

Tous les miracles sont ordinaires. Toutes les guérisons du corps ou de l’esprit sont des miracles. Certains miracles peuvent sembler extraordinaires car ils paraissent être contraires aux lois de la nature. Mais nous ne connaissons pas vraiment les lois de la nature. Les lois de la nature ne sont que des habitudes de la perception. Il n’y a pas de miracles plus ou moins importants. Tous les miracles sont extraordinaires.

Laissez moi vous conter une petite histoire. Joe est une sorte d’ermite qui vit en solitaire éloigné quelque peu du monde dans sa petite maisonnette. Un beau matin, on ne sait trop pourquoi, il allume son poste de télévision, ce qu’il n’a pas fait depuis des lustres. Aussitôt il entend le speaker annoncer d’une voix grave et solennelle que sa région va être l’objet d’une inondation grave et que tous les habitants sont invités à évacuer l’endroit. Joe ne va pas obéir à une telle injonction. Il se dit que Dieu le sauvera et il se met à prier.

Une heure plus tard, il entend une automobile s’approcher. Il s’agit de son plus proche voisin Simon qui habite à quelques kilomètres et qui lui suggère de partir avec lui avant que le désastre survienne. Joe le remercie et lui dit :

« Ne te fais pas de souci Simon, Dieu me sauvera. »

Simon lui réplique alors qu’il faudra qu’il puisse marcher sur les eaux pour se sauver d’ici une demi-heure et s’éloigne avec son automobile. Joe rit et lui dit que Dieu s’il le faut lui permettra de marcher sur l’eau. Simon s’en va et Joe continue à prier avec ferveur pour l’obtention d’un miracle.

Une heure plus tard les eaux sont là et montent dangereusement. Joe grimpe au grenier et prie. Une barque passe pour recueillir toute personne restant encore à secourir. Joe ne répond même pas toujours persuadé qu’un miracle extraordinaire le sauvera.

Une heure plus tard Joe doit grimper sur son toit pour éviter l’eau qui atteint la hauteur de sa maison. Un hélicoptère passe, l’aperçoit et fait descendre une échelle de corde pour le sauver mais Joe une fois encore refuse de grimper dans l’attente d’un miracle extraordinaire.

Une heure plus tard, Joe se retrouve devant Dieu et lui reproche de ne pas l’avoir sauvé des eaux. Alors Dieu lui dit :

« Mon fils, je t’ai envoyé un message, une auto, un bateau et un hélicoptère et tu les as tous refusés !»

Ne fermons pas nos yeux aux miracles. Les miracles se voient dans la lumière. Ne fermons pas nos yeux, ne cachons pas la lumière à cause de nos frustrations, de notre colère, de notre intolérance, de notre manque d’amour pour les choses et les êtres qui nous entourent. Les miracles se produisent dans une lumière que les yeux du corps ne perçoivent pas. C’est cette lumière là qui permet au yeux corps de les voir parfois. Nous croyons la plupart du temps aux ténèbres. Nous ne croyons pas à la lumière.

C’est la force qui est en nous et non celle de notre corps qui nous permet de voir les miracles. Cette force là nous permet de passer sur les choses de ce monde en regardant au delà des apparences. C’est alors que l’on peut devenir conscient des miracles. C’est cette force de vie qui les provoque en les intégrant dans notre inconscient et qui permet de surpasser l’inconscient collectif. C’est notre manque de reconnaissance de cette force qui ne nous fait voir que des ténèbres dans notre vie et dans celles des autres et du monde. C’est alors que nous pouvons rendre ordinaires les miracles extraordinaires.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 09/04/2014, dans sérendipité. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Miracles ordinaires.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :