La princesse Sérendip

La princesse Sérendip est la fille d’une fée Urgine et du bon génie Odie. Elle est d’une beauté éblouissante, diaphane et toute de lumière bleue et or. Par contre, elle n’a pas hérité des dons de magie de sa mère, ce qui la désole, ni d’ailleurs des dons de son père qui sait répondre aux vœux sincères des êtres à l’esprit ouvert. C’est pourquoi je ne peux lui attribuer le titre de fée ou de génie mais celui de princesse. Son père lui révéla le jour de ses dix huit ans qu’elle devait avoir un don spécial qui procédait de l’union des pouvoirs de son père et de sa mère mais qu’il ne savait pas exactement en quoi il consistait. C’était à elle de le rechercher. Elle devait garder l’œil ouvert et l’esprit libre et en paix afin de le découvrir.

Alors Sérendip se mit à méditer et à enter en harmonie avec son être profond afin de pouvoir réussir sa mission terrestre. Elle vit qu’elle pouvait se rendre invisible et entrer dans l’être des humains pour y déceler ce qui leur tenait à cœur.

Aussitôt qu’elle fit cette découverte*, Sérendip se retrouva dans les rêves très tristes d’une petite fille d’une douzaine d’années Rachel. Son père qui avait eu un accident vasculaire cérébral avait du tout réapprendre à marcher, à parler, à manger et à s’habiller seul, … Il ne reconnaissait plus les siens et les prenait pour des étrangers dangereux. Il était dans un centre de rééducation qui estimait qu’il pouvait désormais revenir chez lui. Mais Henry refusait, Henry avait peur. Aussitôt Sérendip suggéra à Rachel d’aller rendre visite à son père en milieu de mâtinée, ce qu’elle fit. Sérendip arrangea les circonstances de sa visite. Quand Rachel entre dans la chambre de son père, celui-ci tente vainement de faire un nœud pour lacer ses chaussures. Alors la petite fille s’approche doucement et montre à son père comment faire. Henry la regarde et lui demande comment elle a appris cette technique. Rachel lui répond :

«C’est toi qui me l’as appris.»

Henri regarde profondément Rachel. Il ne la reconnait toujours pas mais annonce qu’il veut bien partir avec elle.

Sérendip a compris que son rôle est de créer les circonstances qui doivent favoriser une prise de conscience, une découverte, une rencontre … Elle m’a aidé quelquefois dans ma vie et dans mes travaux de recherche scientifique. Elle l’a sans doute fait pour vous dans le passé et le fera encore dans le futur.

* L’histoire provient d’une adaptation tirée du film À propos d’Henry, film que j’apprécie énormément.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 06/05/2015, dans sérendipité. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur La princesse Sérendip.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :