Éducation matrimoniale

Dans sa prime enfance, Betty avait un joli filet de voix. De plus, elle était blonde mignone et toute bouclée. Bref, elle était mignonne sur scène et ses parents n’hésitaient pas à exploiter ses talents pour l’exhiber lors des fêtes scolaires. Elle doit s’estimer heureuse de n’avoir pas habité près de Hollywood !

Cette année là Betty eut l’occasion de faire son éducation matrimoniale, pas vraiment celle qu’il faudrait pour aimer mais voyons cela.

Betty devait chanter sur scène la chansonnette dont je vais commenter les paroles. Le refrain est le suivant :
Je voudrais un mari
Docile et sans reproche
Qui aille dans ma poche
Un vrai petit mari

Donc il faut trouver un mari docile. La docilité n’est pas particulièrement une qualité virile. D’ailleurs mon père était docile et ma mère qui ne mettait pas en évidence cette qualité le lui reprochait inconsciement et les enfants qui savent tout le sentent bien.

Le refrain continue ainsi :
Je le voudrais petit
Mignon et bien gentil
Et qui ne grogne pas
Surtout comme papa !

Naturellement les rires fusaient dans la salle et Betty n’appréciait pas l’humour de la situation.

Passons au premier couplet :
Je veux dans ma maison
Agir à ma façon
Régner, gouverner à ma guise
Sans faiblesse chez moi
J’entends faire la loi
Tant pis si cela le défrise

C’est madame qui doit faire la loi !

Le couplet suivant asservit le mari aux tâches ménagères et maternelles :
Il devra s’occuper
De promener bébé
Et de tous les soins du ménage
Levé de bon matin
Il devra, c’est certain
Mettre tout son cœur à l’ouvrage.

Et de plus il doit faire honneur à madame :
J’exigerai de lui
Qu’il soit toujours bien mis
Astiqué des pieds à la tête
Qu’il soit gai et rieur
Toujours de bonne humeur
Et que jamais il ne s’entête.

Voilà le mari transformé en âne dans le couplet suivant :
Quand j’irai au marché
Pourquoi vous le cacher ?
Je veux aussi qu’il m’accompagne
Comme un petit baudet
Je lui ferai porter
Les fruits que produit la campagne.

Disons que les exigences du dernier couplet sont fondées.
Je veux, sachez-le bien
Qu’il soit tendre et câlin
Oui, mais avant tout bien fidèle
Je veux qu’aux yeux de tous
Des moqueurs, des jaloux
Qu’il serve en tout lieu de modèle.

Mais je ne sais pas si avec la mégère décrite dans les premiers couplets un mari peut être tendre et fidèle ! Pauvre petite Betty pas vraiment préparée pour une vie de couple satisfaisante ! Il est vrai qu’aucune petite fille ne l’est.

Publicités

À propos de chiendentbel

âgée mais éternellement jeune !

Publié le 16/07/2015, dans enfance. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Éducation matrimoniale.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :