Archives de Catégorie: divertissement

Féminisme

Mon charmant voisin m’a communiqué ce qui suit :
Onze personnes étaient suspendues à une corde sous un hélicoptère

C’étaient 10 hommes et une femme.

Comme la corde n’était pas assez solide pour les tenir tous, ils décidèrent que l’un d’eux devait lâcher la corde. Ils ne réussissaient pas à déterminer qui ?

Alors la femme dit que ce serait elle qui lâcherait la corde, car les femmes :

  • sont habituées à tout lâcher en faveur de leurs enfants et époux,
  • donnant tout aux hommes sans rien recevoir en retour
  • et que l’homme en tant que le premier créé par Dieu, méritait de survivre,
  • car il était aussi le plus fort,
  • le plus intelligent et le plus capable de grands exploits.

Quand elle eut fini de parler, tous les hommes commencèrent à applaudir.

Ah, les c… !

Ne sous-estimez jamais le pouvoir et l’intelligence d’une FEMME !

Publicités

Histoires de champignons

  • Une malencontreuse erreur s’est glissée dans notre tableau des champignons vénéneux (voir p.12 du numéro 477). Les survivants auront rectifié d’eux-mêmes. (COLUCHE)
  • «Où avez-vous attrapé ces mycoses ?»
    «Désolé docteur, un vrai amateur ne révèle pas ses coins à champignons !»(Philippe GELUCK)
    • »De tous les champignons, celui d’une voiture est encore le plus mortel.»(Jean Riga)
    • «Les champignons poussent dans les endroits humides, c’est pourquoi ils ont la forme d’un parapluie.»(Alphonse ALLAIS)
    • «Les amours sont comme les champignons. On ne sait si elles appartiennent à la bonne ou à la mauvaise espèce que lorsqu’il est trop tard.»(Tristan BERNARD).
    • A l’examen de Doctorat en pharmacie l’examinateur pose la question suivante :
      «Comment reconnaît-on les champignons mortels ?»
      Le candidat répond :
      «A l’autopsie !»

Il n’y a plus de différences !

Ceci se passe dans une petite communauté de Géorgie dans le début des années 70. La déségrégation est appliquée par la loi mais elle est loin d’être assimilée par la population.

Joe est conducteur du bus scolaire qui doit amener la vingtaine d’enfants de la petite ville à l’école voisine. Joe applique toujours une séparation entre les enfants noirs et les enfants blancs à l’intérieur de son autobus. IL exige que les petits noirs se placent derrière et les petits blancs devant. Personne dans la ville ne proteste contre cette exigence.

Pourtant ce lundi matin Joe à envie d’assouplir sa règle car le sermon du pasteur sur la fraternité à l’église la veille l’a un petit peu remué. Aussi il s’adresse aux enfants qui l’attendent à l’arrêt de la façon suivante :
« A partir d’aujourd’hui, pour moi il n’y a plus de différence. Il n’y a plus de distinction entre blancs et noirs. Vous êtes tous des bleus ! »
Les enfants semblent contents.

Sur ce Joe monte sur le siège du conducteur et dit :

« Allez les enfants, montez dans le bus. Les bleus foncés se placent à l’arrière et les bleus clairs à l’avant ! »

Attention, ceci n’est pas sérieux du tout !

Joe âgé d’une soixantaine d’années, a été victime d’un malaise. Vivi sa femme appelle le 15. Le Samu le transporte aux urgences mais Joe tombe en chemin dans le coma. Vivi attend à l’hôpital les résultats des examens que l’on fait subir à Joe afin de découvrir la cause de son coma.

Après une heure d’attente angoissante pour Vivi, une infirmière vient enfin la trouver pour la conduire dans le bureau du médecin chef. Celui la reçoit avec un visage grave et lui dit :

« Le malaise de Joe et l’état comateux qui l’a suivi est causé par une tumeur maligne au cerveau. Malheureusement cette tumeur est inopérable. Mais il y a un petit espoir. Vous avez la chance qu’ici nous pratiquons des greffes de cerveau à titre expérimental. Nous ne vous cachons pas qu’il y a très peu de chance de sauver Joe et que dans le  cas d’une réussite nous ne connaissons absolument pas les conséquences que peut avoir une telle greffe sur le plan de la mémoire, du comportement entre autres. Malheureusement il faudrait la réaliser le plus tôt possible si nous voulons avoir une petite chance de succès. Vous devez nous donner immédiatement votre réponse. »

Vivi ne sait pas ben qu’elle décision prendre mais entre la mort certaine et une petite lueur d’espoir de survie même en ne sachant pas de quelle type survie , Vivi pense que le mieux est d’autoriser l’opération. Aussi elle exprime son agrément au médecin. Alors celui-ci lui répond :

« Vous allez encore devoir faire un choix car le cerveau que nous allons implanter a un coût important. Vous devez compter entre 2000 et 10000 euros. »

Vivi panique quelque peu mais elle se dit qu’elle peut toujours emprunter cette somme et elle demande :

« Quel est  le coût exact de l’implant que vous pouvez greffer sur Joe ? »

Le médecin répond :

« Nous avons en stock des cerveaux de personnes de l’âge de Joe. Les cerveaux qui conviendraient mieux à Joe coûtent 2000 euros pour les cerveaux d’hommes et les cerveaux féminins coûtent  10000 euros.»

Vivi s’exclame :

« Qu’avez vous contre les femmes  ?  Pourquoi donc un cerveau d’homme de soixante ans coûte cinq fois moins cher qu’un cerveau de femme du même âge ?»

La dessus le médecin répond :

« Mais non Madame, au contraire. Ce qui justifie la différence de prix est que sur une période de soixante ans la femme a utilisé cinq fois plus son cerveau que l’homme et  que par conséquent celui-ci est  plus usé. »